REPRESENTATIVITE : LES INGENIEURS CADRES ET TECHNICIENS VOTENT AUSSI POUR LES ELECTIONS DANS LES TRES PETITES ENTREPRISES

Il y a certains clichés qui ont la vie dure comme celui qui fait rimer très petites entreprises avec un salariat peu ou pas qualifié. De fait, on pourrait penser que la CGT des ingénieurs cadres et techniciens a peu à voir avec les élections de représentativité syndicale qui se déroulent depuis le 28 novembre et jusqu’au 12 décembre. Il n’en est rien, car dans ce paysage très morcelé et méconnu des TPE on trouve pléthore de cabinets d’architectes, sociétés de conseils, laboratoires d’analyses, études de notaires, cabinets d’avocats, officines de pharmacie, etc... De véritables petites ruches de salariés très qualifiés qui ne rencontrent que très rarement le syndicalisme. Sauf hélas, lorsqu’il est trop tard et que c’est alors en termes d’assistance juridique que la CGT et ses structures de proximité sont sollicitées. Pour toute la CGT, pour l’Ugict singulièrement, les enjeux de cette élection sont importants. Il s’agit d’abord que ce scrutin, qui va servir à déterminer la représentativité des syndicats, confère le poids qui est le sien à la CGT afin de négocier et signer des accords de progrès social. Ensuite, il s’agit à l’occasion de cette campagne qui va durer jusqu’au terme du scrutin, d’aller à la rencontre de ces travailleurs qualifiés et en responsabilité pour leur proposer un vote conforme à leurs aspirations. C’est une campagne que chacun d’entre nous peut mener de manière simple en regardant autour de soi. Nous avons tous autour de nous des amis, de la famille, des relations qui exercent dans les TPE. Il suffit parfois simplement de les informer que cette élection, la première du genre, est en cours et qu’ils vont enfin pouvoir voter comme les salariés des grandes entreprises. Il y a urgence à le faire car cette élection a été très mal organisée par les pouvoirs publics. Le ministère du Travail a reconnu jusqu’à huit jours de retard dans l’envoi du matériel de vote. Il a choisi un mode de scrutin atypique où les salariés votent pour des sigles et non pour des listes de candidats. Dans de telles conditions, il est probable que la participation à ce vote soit décevante. A nous de faire en sorte qu’elle permette à la CGT de traduire l’audience qui est la sienne dans les élections prud’homales et les scrutins professionnels du privé et du public.